Dernière version

NON à la colonisation médiatique

Si l’initiative No Billag est acceptée, l’espace télévisuel et radiophonique suisse sera en grande partie colonisé par des médias étrangers. La France, l’Allemagne et l’Italie, trois mastodontes de l’UE, seront les grands gagnants après la disparition de la SSR et des télévisions et radios régionales et locales. L’espace télévisuel et radiophonique suisse fera de facto partie de l’Union européenne.

Comment un parti politique qui fait de l’indépendance de la Suisse son cheval de bataille peut-il soutenir cette initiative?

Moi qui aime vraiment mon pays, son indépendance médiatique, sa vitalité et diversité culturelle, je vote NON à No Billag.

Advertisements

Errer dans le brouillard

Pour arriver chez l’If Pummel, qui entre dans sa cinq cent énième année de vie, pas de souci. Je connais le chemin. Puis, pour gagner de l’altitude, non plus. Des fragments de paysage émergeaient du brouillard comme des révélations photographiques en chambre grise. Arrivé au sommet de la colline le ciel était dégagé, légèrement brumeux et j’ai pu assister à un lever du soleil dans une ambiance pastel. Douceur de vivre.

Sur le plateau qui  longe la crête, le soleil et le brouillard s’amusaient a se chasser. Tantôt l’un l’emportait, tantôt l’autre.

Les choses se sont gâtées à partir du village suivant. Le brouillard de plus en plus dense m’empêchait de reconnaître mes repères habituels et je me suis trompé de direction. Déboussolé, j’avais l’impression de tourner en rond et me suis senti tout petit et vulnérable dans un paysage devenu soudainement hostile.

Alors, après une longue pause, j’ai fait confiance à ma boussole intérieure, j’ai piqué à travers champs pour arriver à bon port. A l’arrivée un disque pâle a fait une brève apparition dans le ciel brumeux comme pour me narguer.

Balade entre Ueberstorf et Heitenried en passant par Albigen et je ne sais pas trop où.

Que la nouvelle année soit belle…

Je l’ai terminé ce matin. Juste à temps pour vous souhaiter
un hiver neigeux
un printemps joyeux
un été chaleureux
un automne généreux

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100cm (commande)

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100cm (commande)

Petite musique des Bois

Le murmure glacial de la rivière,

basse continue sur laquelle interviennent les solistes.

Le cri rageur du geai.

Silence.

Le craquement sec d’une branche.

Silence.

L’aboiement rauque du chevreuil.

Silence.

Les battements d’ailes affolés du merle.

Silence.

Le bourdonnement obsessionnel de l’insecte.

Silence.

Appuyé contre le tronc d’un hêtre j’écoute,

en silence.

Cheminer

L’humain en marche, l’animal sauvage en déplacement et l’eau qui coule librement procèdent de la même manière. Tous les trois utilisent la configuration du terrain et évitent les obstacles pour se mouvoir, pour cheminer vers leur but. Ainsi, le chemin, la piste et le ruisseaux se ressemblent et s’intègrent parfaitement dans le paysage.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 60 x 60 cm (commande)

 

Balades d’octobre

Le mois d’octobre touche à sa fin. Un mois magnifique pour se balader. Ober Maggenberg, Galteren, La Spielmannda et même une nuit sur les crêtes du Schwyberg avec la visite d’un Tétras lyre à l’aube, un superbe cadeau.

Le Col de Bounavalette

La nuit bleue monte du fond de la vallée du Motélon, obscurcit les contreforts de Tsermon et de la Tête de l’Herbette. Les brumes envahissent les cimes à l’horizon. Un ciel laiteux hésite entre les bleus et les gris.

Après le Gros Brun vu depuis le fond du Breccaschlund, c’est mon deuxième tableau d’un cycle consacré aux Préalpes fribourgeoises. Le troisième, la Dent de Folliéran, est déjà « en route ».

Le Col de Bounavalette un soir d’août vu depuis la Selle des Morteys.

Karl Inglin, huile sur toile, 100 x 100 cm, coll.part. Chardonne VD

PS: La photo n’est pas parfaite. Il manque la structure de la toile qui donne de la profondeur ainsi que beaucoup de petites nuances. Si vous désirez voir le tableau en “vrai”, il est exposé dans ma galerie jusqu’à mi-septembre.

Karl Inglin, Col de Bounavalette, huile sur toile, 100 x 100 cm, coll. part. Chardonne VD