Archive for juin, 2012

Un retour aux sources

Ces prochains jours ce tableau va prendre le chemin pour Sattel, village schwytzois situé entre Morgarten et Rothenthurm. Il se trouve que Sattel est mon lieu d’origine. Mes ancêtres paysans y ont travaillé la terre au moins depuis le 17ème siècle (Rudolf Inglin 1610) avant de partir sous d’autres cieux. Mon arrière grand-père, Franz Josef Alois Inglin (1863-1894), habitait Altdorf où il exerçait le métier de charretier et convoyait des marchandises par le col du Gothard. Il a perdu son travail après le percement du tunnel ferroviaire. Mon grand-père, Dominik Gaspard Inglin (1873-1940), était armurier. Ouvrier compagnon, il a voyagé en Allemagne et en France, s’est marié à Paris avant de s’établir à Berne. Mon père, Dominik Franz Inglin (1902-1968), est venu s’établir à Fribourg pour fonder sa famille et œuvrer aux destinées des Freiburger Nachrichten.

Je suis né à Fribourg et me sens dzozet de la tête aux pieds tout en étant fier de mes origines schwytzoises. J’ai toujours gardé jalousement l’arbalète de mon grand-père armurier. Le départ de mon tableau pour Sattel est pour moi un retour aux sources symbolique qui me procure un immense plaisir.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile 100×100 cm, p.p. Sattel

Advertisements

Des orchidées

C’est un ami qui m’a informé de la présence d’un assez grand nombre d’orchidées à Tinterin. J’ai profité d’une journée grillade en famille au bord de la Gérine pour leur rendre visite. Imaginez une route qui traverse une forêt. Sur le bord de cette route et dans la forêt en assez forte pente une bonne cinquantaine de Céphalanthères rouges (je préfère le nom allemand ” Rotes Waldvögelein”) et autant de Epipactis pourpres noirâtres. Une pure merveille.

Céphalanthère rouge

Epipactis pourpre noirâtre

Saxifrage des ruisseaux


Parfum de tilleul

Rendez-vous sous un tilleul. Respirez profondément. Écoutez le bourdonnement des insectes. La vie est belle.


La Fraise des bois et la Belladone

Croquer une fraise des bois est l’un des petits plaisirs de l’été. Elles n’ont pas toutes le même goût. J’ignore si cela tient à la qualité du sol ou à l’ensoleillement. Celles que j’ai dégusté aujourd’hui étaient très parfumées. Un vrai régal.

Juste en face des fraisiers, de l’autre côté du chemin, la Belladone. L’Atropa belladonna tient son nom d’Atropa, celle qui coupait le fil de la vie et de “belle dame” . Sa baie est hautement toxique. Autrefois les femmes appliquaient le suc de ce fruit sur les yeux pour en dilater la pupille et rendre le regard plus brillant, plus “sexy”.


Droit d’asile

Au moment où les Chambres Fédérales ne cessent de durcir le droit d’asile et qu’il ne sera par exemple plus possible de demander l’asile dans une ambassade suisse à l’étranger, voici la déclaration d’un Conseiller fédéral radical qui date d’une époque où ce parti avait du courage, des idées novatrices et n’avait pas encore vendu son âme humaniste.

Parfois il est bon de relire notre histoire.


Les fleurs de mon quartier

Pour agrémenter mes promenades quotidiennes avec Pif le chien, j’ai décidé de constituer un herbier photographique de la flore de mon quartier. J’ai défini une zone qui comporte une partie urbaine avec ses pavés et murs, des prairies grasses et maigres, des forêts, des bords de chemins, des terrains en friche et la bordure d’une voie de chemin de fer.

En plus du plaisir des découvertes, j’exerce mon sens de l’observation, je fait travailler ma mémoire (c’est bénéfique à mon age), je fait de la photo et lorsque je ne connais pas la fleur, un travail de recherche. Que du bonheur!

Aujourd’hui j’ai mis ma 164ème fleur dans ma galerie: http://www.pbase.com/promeneur/flore_du_bourg

Ail des vignes

Campanule à feuilles rondes

Morelle douce-amère

Œillet des Chartreux

Petite pimprenelle