Le Pas de Chamois

Je suis retourné au Breccaschlund dans l’intention “d’explorer” le fond de la vallée pour compléter mon herbier du Lac Noir. C’est un coin que j’ai découvert à la fin de l’été dernier et qui me semble assez riche en espèces. Je suis monté sur le flanc droit de la vallée pour éviter la cohue du dimanche. Première belle surprise, un Orchis à odeur de sureau juste au bord du chemin. Exemplaire solitaire. Puis un peu plus loin un groupe de Gentianes de Clusius. Le magnifique bleu de cette fleur n’a pas fini de me ravir. Le fond de la vallée étant encore enneigé, j’ai décidé de passer dans la vallée voisine des Recardets par le Pas de Chamois.

Un choix que je n’ai pas regretté. Juste sur le col le très beau Myosotis alpestre et dans le pré en dessous du col une orgie de fleurs. Jugez-en plutôt. J’ai vu la Grassette des Alpes, la Primevère auricule, la Pulsatille des Alpes, la Renoncule alpestre, la Dryade à huit pétales, la Drave aïzoon, la Gentiane de Clusius, le Pédiculaire d’Oeder, le Saponaire rose pour ne citer que les plus remarquables. Et tout cela sur un petit lopin de terre parsemé de rochers. Un immense moment de bonheur.

En descendant vers le Lac Noir j’ai vu des Marmottes et des Chamois. Une magnifique balade que j’ai décidé de renouveler dimanche.

Seul regret, mais de taille. L’absence de Pif mon compagnon fidèle. Après onze ans d’aventures communes c’était comme un vide. Je vous avoue que j’ai essuyé une larme à plusieurs reprises.

Mon herbier du Lac Noir: http://www.pbase.com/promeneur/flschwarzsee

Orchis à odeur de sureau

Orchis à odeur de sureau

Myosotis alpestre

Myosotis alpestre

Breccaschlund

Breccaschlund, le Gros Brun à gauche et Patraflon à droite

Gentiane de Clusius et Grassette des Alpes

Gentiane de Clusius et Grassette des Alpes

Renoncule alpestre et Primevère auricole

Renoncule alpestre et Primevère auricule

Petite tortue sur son lit de Saponaire rose

Petite tortue sur son lit de Saponaire rose

Advertisements

One response

  1. christine weber

    Salut l’ami. C’était mi juillet et l’aigle avait disparu. Suis très satisfait d’être retournée dans le breccaschlund, de voir qu’on aurait pu se croiser et que comme toi j’ai été éblouie par la flore du col du chamois. Entre ses rochers parsemés dans le pré, couraient les rhodo et les orchis vanillés. Et toutes les autres aussi que tu connais si bien et dont j’apprends lentement soit l’existence soit le nom. merci pour tous ces petits bonheurs.
    A bientôt, Christine

    8 août 2013 à 14 h 44 min

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s