Archive for février, 2015

Des castors

En m’approchant du marais j’ai vu l’envol d’un héron cendré, puis j’ai entendu plusieurs “ploufs” dans l’eau. C’est en voyant deux arbres abattus et un tronc profondément entamé que j’ai compris. Le baigneur et vaillant bucheron s’appelle Castor.

On sait depuis des années que le castor a colonisé la rivière Singine jusque au Lac Noir. Pour arriver au Fragnière-Moos il est certainement remonté le cours de la Taverna qui est un affluent de la Singine.

Les activités du castor favorisent grandement la biodiversité des zones aquatiques. C’est donc une heureuse nouvelle.

Le bucheron s'appelle Castor

Le bucheron s’appelle Castor

Au Fragnière-Moos

Au Fragnière-Moos


Ecorce d’If

Impossible de rendre visite à l’If Pummel sans faire quelques portraits de son écorce avec une dédicace spéciale pour Laurence et Hilaire en souvenir d’une petite balade commune.

001002

003

004

005


Recette pour remettre les choses bien en place après une balade hivernale

Cuire à la vapeur 5 pommes de terre coupées en rondelles et 4 chicons.
Faire revenir 3 oignons et des lardons.
Disposer dans un plat à gratiner:
une couche de rondelles de p-d-t
une couche de feuilles de chicons
les oignons mélangés aux lardons
du vacherin et un peu de crème
une couche de rondelles de p-d-t
une couche de feuilles de chicons
du vacherin et parmesan râpé.
1/2 heure au four.
Avec une bière c’est parfait!

gratin2


Horner

Horner, c’est ainsi que l’on nomme le mois de février en Singine et dans d’autres régions de la Suisse allemande. Ce nom viendrait de Horn (corne) dans lequel (laquelle) nos ancêtres buvaient lors des festivités de purification. Une autre source explique que c’est au mois de février que les cerfs perdent leurs bois (cornes).

Pour ma part j’ai profité des belles journées hivernales pour faire des balades. Une première de Friesenheid à Bäriswil en passant par le Fragnière-Moos et deux autres dans la région de Ueberstorf. C’est juste après le Fragnière-Moos que j’ai eu le privilège d’observer une harde de 17 chevreuils. A Uebertorf j’ai évidemment rendu visite à mon ami Pummel l’If.

Les haies de Friesenheid

Les haies de Friesenheid

 

Fragnière-Moos

Fragnière-Moos

Juste avant Bäriswil

Juste avant Bäriswil

Mühletalkapelle Schmitten

Mühletalkapelle Schmitten

Le haies "chenilles" Ueberstorf

Le haies “chenilles” Ueberstorf

L'If Pummel (Ueberstorf)

L’If Pummel (Ueberstorf)

Ueberstorf

Ueberstorf


Voyage

Marcher. Être en contact charnel avec la terre qui me porte. Voir, écouter, humer, toucher, goûter et laisser errer mon esprit en toute liberté. C’est pour moi la seule véritable manière de voyager.

ete


Les culs blancs

C’est en marchant à travers champs que je les ai vu pour la première fois. C’était début janvier. Depuis à chacun de mes passages j’ai le plaisir de les revoir au même endroit, un pré situé entre une forêt et une route juste à la sortie de la ville. J’ai trouvé une planque qui me permet de les approcher sans les déranger.

Depuis j’ai appris que le cul blanc que l’on appelle miroir permet au chevreuil de communiquer au sein du groupe et de donner l’alerte en cas de danger. Chez le brocard le miroir a la forme d’un rein ou d’un haricot alors que chez la chevrette il a l’aspect d’un cœur.

z01z02z03z04z05