Archive for juillet, 2015

Le Vallon des Morteys

J’ai passé deux jours et une nuit dans le Vallon des Morteys. Deux journées a crapahuter et découvrir entrecoupées d’une nuit sous les étoiles. Rêves diurnes et rêves nocturnes. Plus j’avance, plus la vie sans artifices inutiles, en contact intime avec la nature devient essentielle à mon équilibre. Suivre le vol d’un papillon ou d’un oiseau, regarder vivre les chamois et les marmottes, me réjouir à la vue d’une fleur ou d’un arbre, admirer les changements du paysage au fil des heures, échanger quelques impressions avec un passant rencontré par hasard et qui devient frère, suer et me rafraichir à l’eau fraiche d’un ruisseau, manger et boire en écoutant mon corps et dormir quand j’ai sommeil; tout cela contribue a me sentir véritablement humain en symbiose avec la nature.
Je déteste le mot “environnement” qui place l’humain au centre de la nature et semble lui donner la permission d’en user et surtout en abuser à sa guise alors qu’il n’en représente qu’une infime partie, une minuscule pièce de cet immense puzzle, même pas indispensable à son fonctionnement.

La plaine marécageuse du Gros Mont

La plaine marécageuse du Gros Mont

L'Aigle royal

L’Aigle royal

La Grande astrance

La Grande Astrance

Marmotton

Marmotton

Dent de Ruth, la Dent de Savigny et les trois Pucelles

Dent de Ruth, la Dent de Savigny et les trois Pucelles

Chamois

Chamois

 L'Aster des Alpes


L’Aster des Alpes

Apollon

Apollon

Crête de Galère, Dent de Brenleire, Dent de Folliéran

Crête de Galère, Dent de Brenleire, Dent de Folliéran

Dauphinelle élevée

Dauphinelle élevée


Naissance d’un jour

Passer une nuit à la belle étoile c’est la certitude d’assister à un spectacle grandeur nature, panoramique et “NatureColor” en trois actes. Pour commencer il s’agit de bien choisir sa loge à ciel ouvert. Une vue dégagée tournée vers l’est pour le lever du soleil va de soi. La couche ne doit pas être trop confortable pour ne pas sombrer dans un sommeil profond.
Premier acte. Le déclin du jour. En montagne la nuit ne tombe pas, elle remonte à pas de loup du fond de la vallée. Graduellement le paysage s’assombrit, les couleurs s’effacent, les reliefs s’estompent et le silence s’installe. Dès que le soleil ne caresse plus les cimes, la nuit est complète.
Deuxième acte. Le ciel étoilé. Le moment idéal pour observer les étoiles à l’écart de la pollution lumineuse des agglomérations se situe autour minuit. C’est un spectacle somptueux. Même avec des connaissances lacunaires de la carte du ciel on devine facilement les constellations.
Troisième acte. Le lever du jour. Le ciel est encore bleu sombre. A l’est, derrière la dernière chaine de montagnes visible, une bande jaune orangé annonce le lever du soleil. Et puis l’astre lumineux apparait et monte lentement dans le ciel de plus en plus clair. Le jour est né.

Vallon des Morteys, 20 et 21 juillet 2015

05.19 h, une bande jaune et orange annonce la venue du soleil

05.19 h, une bande jaune et orange annonce la venue du soleil

05.58, le soleil apparait

05.58, le soleil apparait

06.01, au loin des brumes, couleurs pastels

06.01, au loin des brumes, couleurs pastels

06.21 h, le soleil inonde la vallée

06.21 h, le soleil inonde la vallée

06.28, le Pipit farlouse se met a chanter

06.28, le Pipit farlouse se met a chanter

07.03, un rêve diurne

07.03, un rêve diurne

 


Paysage d’hiver

L’été j’aime peindre des paysages d’hiver. C’est rafraichissant.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 40 x 40 cm

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 40 x 40 cm


A la belle étoile

Dormir dans un sac à couchage à même le sol, sans les quatre murs rassurants et le toit protecteur est déstabilisant.

J’ai amené mon petit-fils Thomas âgé de 13 ans au Fochsen pour qu’il puisse vivre cette expérience. Connaissant bien le coin, j’ai rapidement trouvé un emplacement bien herbeux pour nous installer. D’un côté le pierrier des chamois, de l’autre le domaine des marmottes et au dessus de nos têtes l’immensité du ciel.

Lentement la nuit est tombé sur ce paysage idyllique en donnant aux choses des contours mystérieux voir inquiétants. J’avais raconté à Thomas que le loup avait visité la région à plusieurs reprises. Cela ne l’a évidemment pas trop rassuré. C’était voulu.

Il faisait déjà nuit quand soudainement et au même instant les chamois on cessé de faire du grabuge dans le pierrier et que les clochettes du troupeau de moutons voisin ce sont tus pour laisser la place au grand silence. J’ai regardé l’heure. Il était pile 10 heures et quart, l’heure où la cloche de Saint-Nicolas de Fribourg se met en branle pour sonner le couvre-feu. Coïncidence troublante.

Malheureusement nous n’avons pas trop vu les étoiles. Elles jouaient à cache-cache avec les nuages avant de disparaitre complètment. J’ai tout de même aperçu une filante.

Nous avons peu dormi. A trois reprises c’est une ondée qui nous a réveillé et une autre fois le vacarme d’une chute de pierres dans les falaises voisines. Impressionnant.

Au matin nous avons gravi la Fochsenflue pour voir le mythique Edelweiss. Au retour les Vautours fauves inspectaient consciencieusement la région.

En redescendant vers le Lac-Noir nous avons fait une halte au chalet de Unter-Euschels et c’est en dégustant une tomme de chèvre que nous avons marqué notre retour à la “civilisation”, fatigués mais heureux.

D'un côté le pierrier des chamois

D’un côté le pierrier des chamois

De l'autre le domaine des marmottes

De l’autre le domaine des marmottes

Thomas à l'affut des marmottes

Thomas à l’affut des marmottes

Lentement la nuit tombe sur le Fochsen

Lentement la nuit tombe sur le Fochsen

Les Gastlosen en montant vers la Fochsenflue

Les Gastlosen en montant vers la Fochsenflue

Thomas au sommet

Thomas au sommet

Les Edelweiss

Les Edelweiss

Les Vautours fauves

Les Vautours fauves

 


Aujourd’hui je suis Grec

Aujourd’hui je suis Grec. Je suis Grec par solidarité avec un peuple qui souffre depuis des années de l’austérité imposée par des technocrates de la finance. Le simple fait que des enfants meurent faute de soins est un immense scandale.
L’Europe était une idée merveilleuse tant qu’elle était portée par des chefs d’état avec une dimension humaniste. Maintenant elle est dirigée par des politicards sans envergure, sans visions et incapables d’imaginer une Europe véritablement démocratique et solidaire.

grec


Trois femmes et un enfant

En prenant ma photo j’ai eu un vague sentiment de déjà-vu. Je ne me suis pas trompé. Bien qu’a l’époque de Giovanni Bellini le portable n’existait pas et que l’on n’emmaillote plus les enfants de nos jours, il y a entre les deux images d’étonnantes similitudes au niveau de l’habillement et de l’attitude des trois femmes. Et puis il y a le contexte religieux, chrétien chez Giovanni Bellini et musulman pour la photo.

Ainsi, certains codes vestimentaires qui nous semblent exotiques et qui font débat étaient également utilisés sous nos latitudes bien au-delà du 15ème siècle. On peut le constater en parcourant l’histoire de la mode et de la peinture occidentale.

Présentation de Jésus au temple, Venise 1470 (détail)

Rupture du Ramadan, Fribourg 2015

Bellini_maria1

trois