L’homme de la plaine et la montagne

Je suis un homme de la plaine. A force d’y vivre et de la pratiquer à pied et à toutes les saisons elle a fini par devenir ma seconde nature. Ainsi lorsque je peins un paysage, c’est tout naturellement un paysage de plaine que je fait naître. Et ce paysage qui prend forme sous mes mains renferme une part importante de mon être, mon vécu, mon âme.

Il se trouve que depuis quelques années l’envie de peindre la montagne me titille. Encore fallait-il pour cela la vivre, l’avoir dans la peau.

J’ai commencé a crapahuter. De plus en plus souvent. Derborence, la Combe de l’A, le Sanetsch, la Fenêtre d’Arpette et surtout nos Préalpes. Il ne s’agit pas pour moi de gravir des sommets pour en redescendre. Cela ne m’intéresse pas.

Ce que je cherche, c’est d’apprivoiser ces paysages qui ne me sont pas vraiment familiers, qui sont plus sauvages, moins ordonnées que la plaine. Depuis que j’ai décidé d’y passer des nuits à la belle étoile, mon apprentissage progresse rapidement. En quelques nuits j’ai plus appris qu’en plusieurs années de balades diurnes. C’est au moment du coucher et de l’aube que la montagne dévoile toute sa beauté sauvage, tout son potentiel poétique. Je commence a esquisser dans ma tête mes premiers paysages alpins. Cela me comble de joie.

05.51

DSC02257

DSC01933 - Copie

DSC02694

DSC02710

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s