Adieu Martin

C’était une journée pluvieuse et brumeuse. Venant des Recardets je m’apprêtait à rejoindre le Breccaschlund par le Col du Chamois. Soudain j’avais vu un visage se détacher du brouillard épais. Un visage émacié entouré d’une chevelure et barbe blanches. C’était comme une apparition d’un personnage de conte. J’avais croisé l’homme un plus bas sur le sentier étroit. Salut, salut, c’est tout.

Je l’avais revu une deuxième fois, toujours au Breccaschlund, du côté de Combi. Assis sur la crête je l’ai vu gravir la pente raide. Il avait le pas régulier et efficace des vrais montagnards.

Tous les samedis, Martin venait au marché pour donner un coup de main à un ami. Il déposait son vélo à la rue des Epouses, en face de mon atelier. C’est à cette occasion que j’ai fait sa connaissance. Après le marché il se rendait au Belvédère. Cette terrasse haut perchée sur la falaise, un peu comme un nid d’aigle, devait particulièrement convenir au montagnard qu’il était.

C’est en revenant chercher son vélo pour rentrer chez lui ou aller faire de la grimpe à la Tour de Morat, que nous parlions un moment. Martin n’était pas un bavard. Il allait à l’essentiel, la montagne. Le reste n’avait pas d’importance. Je savais juste qu’il était Haut-Valaisan. Parfois il me parlait de son Binntal natal. Avec le temps ces rencontres étaient devenus un rituel, et il s’était tissé entre nous une sorte de lien fraternel. Le lien entre deux hommes qui aiment pratiquer la montagne en solitaire, chacun à sa manière, lui pour les sommets et moi pour les fleurs.

Cela fait un mois que Martin a disparu. On aurait retrouvé son vélo au Lac Noir. C’est tout ce que l’on sait. Pour moi il est retourné dans le brouillard de la montagne, ce brouillard d’où je l’ai vu surgir la première fois.

Adieu Martin, ton sourire et tes yeux pétillants qui m’annonçaient le prochain sommet vont me manquer.

Adieu Martin, je t’aimais bien, tu sais.

PS : La Dent de Folliéran était le dernier sommet que Martin m’avait annoncé. Je l’ai revu le samedi suivant sans pouvoir lui parler. J’ai fait cette photo fin juillet à Porcheresse en pensant à lui.

 

One response

  1. Joëlle

    Très bel hommage papa.
    J’ai une pensée pour Martin que je ne connaissais pas et lui souhaite une belle balade.
    Je t’aime, Joëlle

    11 août 2019 à 18 h 38 min

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.