Atelier – Galerie

E guete Rutsch!

Dans ma langue maternelle on glisse dans la nouvelle année.

Bonne glissade!

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100 cm

Cadre et photo: Encadrements Saint Hilaire


Recette de gris

Prenez du bleu

Ajoutez une pointe de jaune

Et une autre de rouge

Mélangez

Allégez avec du transparent

ou du blanc

Nuez selon votre bon plaisir

Le gris est un concentré de couleurs

Aux nuances infinies

Celles de l’automne ou de l’hiver

Ont en mémoire les tonalités vives des quatre saisons.

 

Karl Inglin, Hommage à Gustave Roud, Janvier, huile sur toile 100 x 100 cm (p.p. Villars-sur-Glâne)


Rafraîchissement estival

Paysage d’hiver peint pendant les canicules estivales en guise de rafraîchissement.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100 cm, p.p. Fribourg


Rencontre avec un pèlerin

Ce matin belle rencontre et échange nourrissant avec Werner, un citoyen de Stuttgart sur le chemin de Compostelle. Il était visiblement accroché par le tableau en vitrine. Pas étonnant de la part d’un marcheur au long cours.

Nous avons longuement parlé de la marche à pied et de ses expériences de pèlerin. Il m’a expliqué que le pèlerinage était très différent d’une balade ordinaire du fait de devoir respecter un itinéraire donné et un horaire permettant boucler l’étape du jour, bref, d’aller vers un but. Exercice qui exclu évidemment les libertés que s’offre le marcheur errant. Échange aussi sur les interrogations qu’un tel voyage suscite immanquablement et du lien entre l’homme et la nature, lien que la marche favorise et renforce.

Werner n’effectue pas ce long trajet d’une traite mais en plusieurs étapes annuelles. Il est en effet difficile à l’homme contemporain de se libérer pour une aussi longue période. Cette année il désire rejoindre Lausanne et peut-être même Genève.

Son interprétation de mon tableau correspond d’une manière étonnante à ce que j’ai voulu exprimer. Cela fait plaisir et me réconforte dans ce que je cherche à raconter et partager.

Merci Werner pour ces moments partagés et bonne route !

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100 cm, p.p. Tafers

 


Bout de chemin

Il surgit de nulle part pour disparaître aussitôt, englouti par les prairies. Bout de chemin pour s’évader dans l’imaginaire.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100 cm
Galerie Gulliver, rue des Epouses 8, Fribourg

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100 cm


Portrait d’un ami

Un ciel immobile et opaque, hésitant entre le bleu et le rose. Un ciel d’éternité.

Un paysage de neige. Blancheur vierge.

L’If, cinq fois centenaire. Symbole d’immortalité.

Karl Inglin, huile sur toile 100 x 100 cm

Galerie Gulliver, rue des Epouses 8, 1700 Fribourg

Karl Inglin, L’If Pummel, huile sur toile, 100 x 100 cm, disponible


L’heure bleue

La nuit escalade le vallon,
Paquebot bleu dans une mer de brume,
Instant suspendu entre rêve et réalité.

La Dent de Folliéran.

Karl Inglin, huile sur toile, 100 x 100 cm, p.p. Fribourg

Karl Inglin, Dent de Folliéran, huile sur toile, 100 x 100 cm, p.p. Fribourg


Un printemps pour des jumeaux

C’est une commande qui m’a beaucoup touché. Le cadeau posthume d’une Grand-Mère pour ses petits enfants jumeaux.

Pour « symboliser » les deux frères, j’ai peint le même cerisier en miroir. Ils se ressemblent tout en étant différents dans les détails.

Karl Inglin, huile sur toile, 70 70 cm, p.p. Fribourg

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 70 x 70 cm, p.p. Fribourg


Le grand froid

Peindre un paysage hivernal en période de canicule est un plaisir rafraichissant.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100cm

Galerie Gulliver, rue des Epouses 8, Fribourg

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100cm


Un jour d’été

Karl Inglin, huile sur toile, 40 x 40 cm, commande


« Va Manet zù Manet »

est un projet qui a longuement germé dans ma tête et que je vais faire éclore ces prochains mois. Il fera un lien entre trois passions : la peinture, les paysages singinois et la marche.

Ce matin j’ai reçu la confirmation d’un soutien important sur le plan moral et logistique. Cela me motive énormément et j’ai immédiatement mis «en route» la première de douze toiles grand format.

A bientôt pour plus de détails…

(Va Manet zù Manet : de mois en mois en patois singinois)


Petit format

Mon « petit » dernier pour me reposer des grands formats.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 40 x 40, p.p. Fribourg

Paysage, huile sur toile, 40 x 40 cm, disponible


Le soir

Le soir, juste avant le coucher du soleil. Les collines glissent dans l’ombre.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100 cm, p.p. Lausanne

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100 cm, p.p. Lausanne


Que la nouvelle année soit belle…

Je l’ai terminé ce matin. Juste à temps pour vous souhaiter
un hiver neigeux
un printemps joyeux
un été chaleureux
un automne généreux

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100cm (commande)

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100cm (commande)


Cheminer

L’humain en marche, l’animal sauvage en déplacement et l’eau qui coule librement procèdent de la même manière. Tous les trois utilisent la configuration du terrain et évitent les obstacles pour se mouvoir, pour cheminer vers leur but. Ainsi, le chemin, la piste et le ruisseaux se ressemblent et s’intègrent parfaitement dans le paysage.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 60 x 60 cm (commande)

 


Le Col de Bounavalette

La nuit bleue monte du fond de la vallée du Motélon, obscurcit les contreforts de Tsermon et de la Tête de l’Herbette. Les brumes envahissent les cimes à l’horizon. Un ciel laiteux hésite entre les bleus et les gris.

Après le Gros Brun vu depuis le fond du Breccaschlund, c’est mon deuxième tableau d’un cycle consacré aux Préalpes fribourgeoises. Le troisième, la Dent de Folliéran, est déjà « en route ».

Le Col de Bounavalette un soir d’août vu depuis la Selle des Morteys.

Karl Inglin, huile sur toile, 100 x 100 cm, coll.part. Chardonne VD

PS: La photo n’est pas parfaite. Il manque la structure de la toile qui donne de la profondeur ainsi que beaucoup de petites nuances. Si vous désirez voir le tableau en « vrai », il est exposé dans ma galerie jusqu’à mi-septembre.

Karl Inglin, Col de Bounavalette, huile sur toile, 100 x 100 cm, coll. part. Chardonne VD


Le Silence

C’était un après-midi d’arrière automne au dessus de Combi tout au fond du Breccaschlund. Assis sur une pierre, j’étais complétement enveloppé d’un brouillard épais, ouaté. Le dernier bruit perçu était le battement d’aile d’un oiseau désorienté. Puis plus rien. Le silence absolu.

Difficile de décrire ces moments de solitude silencieuse. Un sentiment d’abandon qui s’est lentement transformé en un bien-être jubilatoire.

Depuis, le chant du silence réparateur d’âme m’obsède. Mon tableau est un hommage à ces instants inoubliables.

Le Silence, huile sur toile, 100 x 100 cm, p.p. Echarlens

Karl Inglin, Le Silence, huile sur toile, 100 x 100 cm, p.p Echarlens

 

 

 

 


Le Gros Brun

Au fond du Breccaschlund, juste au dessus du Grand Chalet, se trouve un alpage qui ressemble à une plaine vallonnée dominée par la silhouette sombre du Gros Brun. Au printemps la neige s’attarde dans les ubacs, mais l’été transforme les prairies en véritable paradis floristique. C’est ici que j’ai vu pour la première fois plusieurs joyaux de notre flore préalpine.

Le Gros Brun, huile sur toile, 100 x 100 cm

Galerie Gulliver, rue des Epouses 8, Fribourg

Karl Inglin, Gros Brun, huile sur toile, 100 x 100 cm

Karl Inglin, Gros Brun, huile sur toile, 100 x 100 cm


Le congé

L’autre jour un employé de la Poste m’a dit qu’il était convoqué pour recevoir son congé. Me suis souvenu de ma propre mise à pied à 50 ans après plus de 20 ans de service. J’avais reçu le coup de pied au cul d’un « secrétaire général » qui, mis à part de grosses notes de frais, n’apportait rien à l’entreprise. Il ne connaissait même pas les termes de mon contrat. Le mépris total.
Depuis je galère régulièrement dans l’incertitude du lendemain. Heureusement que j’ai la peinture. Hier j’ai commencé deux nouveaux tableaux. Allez, au boulot! que ma joie demeure….


Chemin

Karl Inglin, huile sur toile, 100 x 100 cm, disponible

Karl Inglin, huile sur toile, 100 x 100 cm, disponible


Joyeuses Fêtes

Un petit paysage tout vert avec un ciel tout bleu que je viens de terminer pour vous souhaiter de la joie, plein de sourires et beaucoup d’amour.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile 40 x 40 cm

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile 40 x 40 cm


L’arbre solitaire

Pour moi l’arbre solitaire symbolise la force et la vitalité. La solitude de ces arbres n’est qu’apparente. Leurs racines profondes communiquent intimement avec la terre et tous les êtres qui la composent alors que la couronne est en contact permanent avec l’air, les vents et une myriade d’insectes et d’oiseaux. L’arbre fonctionne comme un vaste réseau social vivant.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100 cm

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100 cm, coll. part. Zürich


Pour Elie

Elie est né le 1er juillet dernier. Aujourd’hui ses parents sont venus chercher la miniature que j’ai peinte pour lui et qui ornait son faire part de naissance.

elie


Actuellement en vitrine

Les tableaux actuellement en vitrine de la Galerie Gulliver, Rue des Épouses 8 à Fribourg.

Mars, hommage à Gustave Roud, huile sur toile, 100 x 100 cm

Mars, hommage à Gustave Roud, huile sur toile, 100 x 100 cm

Paysage, huile sur toile, 40 x 40 cm

Paysage, huile sur toile, 40 x 40 cm

Octobre, hommage à Gustave Roud, huile sur toile, 100 x 100 cm

Octobre, hommage à Gustave Roud, huile sur toile, 100 x 100 cm