Atelier – Galerie

« Va Manet zù Manet »

est un projet qui a longuement germé dans ma tête et que je vais faire éclore ces prochains mois. Il fera un lien entre trois passions : la peinture, les paysages singinois et la marche.

Ce matin j’ai reçu la confirmation d’un soutien important sur le plan moral et logistique. Cela me motive énormément et j’ai immédiatement mis «en route» la première de douze toiles grand format.

A bientôt pour plus de détails…

(Va Manet zù Manet : de mois en mois en patois singinois)

Advertisements

Petit format

Mon “petit” dernier pour me reposer des grands formats.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 40 x 40, p.p. Fribourg

Paysage, huile sur toile, 40 x 40 cm, disponible


Le soir

Le soir, juste avant le coucher du soleil. Les collines glissent dans l’ombre.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100 cm, p.p. Lausanne

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100 cm, p.p. Lausanne


Que la nouvelle année soit belle…

Je l’ai terminé ce matin. Juste à temps pour vous souhaiter
un hiver neigeux
un printemps joyeux
un été chaleureux
un automne généreux

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100cm (commande)

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 100 x 100cm (commande)


Cheminer

L’humain en marche, l’animal sauvage en déplacement et l’eau qui coule librement procèdent de la même manière. Tous les trois utilisent la configuration du terrain et évitent les obstacles pour se mouvoir, pour cheminer vers leur but. Ainsi, le chemin, la piste et le ruisseaux se ressemblent et s’intègrent parfaitement dans le paysage.

Karl Inglin, Paysage, huile sur toile, 60 x 60 cm (commande)

 


Le Col de Bounavalette

La nuit bleue monte du fond de la vallée du Motélon, obscurcit les contreforts de Tsermon et de la Tête de l’Herbette. Les brumes envahissent les cimes à l’horizon. Un ciel laiteux hésite entre les bleus et les gris.

Après le Gros Brun vu depuis le fond du Breccaschlund, c’est mon deuxième tableau d’un cycle consacré aux Préalpes fribourgeoises. Le troisième, la Dent de Folliéran, est déjà « en route ».

Le Col de Bounavalette un soir d’août vu depuis la Selle des Morteys.

Karl Inglin, huile sur toile, 100 x 100 cm, coll.part. Chardonne VD

PS: La photo n’est pas parfaite. Il manque la structure de la toile qui donne de la profondeur ainsi que beaucoup de petites nuances. Si vous désirez voir le tableau en “vrai”, il est exposé dans ma galerie jusqu’à mi-septembre.

Karl Inglin, Col de Bounavalette, huile sur toile, 100 x 100 cm, coll. part. Chardonne VD


Le Silence

C’était un après-midi d’arrière automne au dessus de Combi tout au fond du Breccaschlund. Assis sur une pierre, j’étais complétement enveloppé d’un brouillard épais, ouaté. Le dernier bruit perçu était le battement d’aile d’un oiseau désorienté. Puis plus rien. Le silence absolu.

Difficile de décrire ces moments de solitude silencieuse. Un sentiment d’abandon qui s’est lentement transformé en un bien-être jubilatoire.

Depuis, le chant du silence réparateur d’âme m’obsède. Mon tableau est un hommage à ces instants inoubliables.

Le Silence, huile sur toile, 100 x 100 cm, p.p. Echarlens

Karl Inglin, Le Silence, huile sur toile, 100 x 100 cm, p.p Echarlens