Fleurs sauvages

La Pulsatille du printemps

Un champ de neige à environ 2’000 m d’altitude. Dans ce champ d’une blancheur uniforme, quelques monticules déneigés, comme des ilots de végétation renaissante.

C’est sur ces ilots rocailleux que fleurit la Pulsatille du printemps. La fleur blanche est lavée de bleu et de mauve. Toute la plante est couverte de poils soyeux. Cette pilosité dense protège la Pulsatille des changements de température extrêmes qui règnent au début du printemps à cette altitude.

La Pulsatille du printemps est l’un des nombreux joyaux de notre flore alpine.

Advertisements

La Tulipe de Goudebas

Les Goudebas est un site protégé situé à cheval sur la frontière franco-suisse à Les Brenets NE. Pour l’essentiel il s’agit de prés régulièrement inondés où poussent les fameuses Tulipes de Goudebas ou Fritillaires pintades.

Le nom de la Fritillaire pintade (Fritillaria meleagris) tire ses origines du latin Fritillus qui signifie «cornet pour jeter les dés» en raison de la forme des fleurs et de meleagris qui signifie «pintade» car ses pétales ressemblent au plumage de la gallinacée..

Le site est inscrit dans l’inventaire fédéral des bas-marais d’importance nationale et abrite la plus importante population de ce magnifique liliacé de Suisse.

Plus haut dans le petit vallon, les arbres mousseux méritent également le détour. On dirait la forêt des sortilèges. Ambiance impressionniste 02 03 04 05 06 07


Paradisie

J’ai fini par trouver le Lis de Saint-Bruno ou Paradisie tout à fait par hasard au Fochsen. Quel bonheur! Puis, quelques jours plus tard j’ai visité la station que m’avait indiqué un berger l’année dernière. Des centaines de lis, un véritable “gisement”.

Par la suite j’ai trouvé un deuxième “gisement” tout au fond du Breccaschlund. Dans les deux cas il s’agit de près en assez forte pente, parsemés de petits rochers et donc inaccessible au bétail.

DSC07157

DSC05842


La déesse des bois

Vers la fin du mois de juin j’ai rendu visite aux Sabots de Vénus, véritables déesses des bois. Cette station documentée dès le début du 20ème siècle se trouve sur le territoire de la commune de Charmey. La forêt magique qui abrite ces merveilles est située à l’écart des chemins pédestres. C’est peut-être pour cette raison que ces fleurs existent toujours. Les Sabots de Vénus y fleurissent en compagnie de la Racine de corail, une petite orchidée très discrète, et de la Pyrole à une fleur.

Sabots de Vénus

Sabots de Vénus

Racine de corail

Racine de corail

Pyrole à une fleur

Pyrole à une fleur

Sabot de Vénus

Sabot de Vénus

 

 


Edelweiss

A elle toute seule cette fleur mythique symbolise les Alpes. Elle devait donc absolument figurer dans ma galerie de la flore du Lac-Noir. Encore fallait-il la trouver.

L’autre jour au sommet de la Fochsenflueh, un homme qui était monté depuis le Breccaschlund, m’a montré des photos d’Edelweiss prises juste en dessous du sommet. Sa description des lieux m’a fait renoncer d’y aller. Vertige oblige.

En redescendant vers Euschels je me suis souvenu d’un endroit où j’allais peut-être trouver mon bonheur. Bingo! Ce n’est pas deux ou trois Edelweiss que j’ai trouvé, mais un véritable nid d’environ une centaine de fleurs. J’ai poussé une youtze de joie, prestation vocale immédiatement sanctionnée par les sifflets des Marmottes du coin.

Entre ciel et rocher (Fochsen)

Entre ciel et rocher (Fochsen)

Edelweiss

Edelweiss

Edelweiss

Edelweiss

Edelweiss

Edelweiss


L’Orchis bouffon

Autrefois l’Orchis bouffon était l’espèce d’orchidées la plus fréquente. Aujourd’hui elle a disparu régionalement et l’espèce est menacée. Au-dessus du village de Montbovon il existe encore une très belle population.

Dimanche j’ai profité d’un moment de beau temps pour leur rendre visite. Drôle de journée de printemps avec une fine couche de neige fraiche sur les flancs des montagnes. Le wagon du train entre Bulle et Montbovon était chauffé. C’est tout dire.

En rentrant j’ai fait une halte à Enney pour rendre une petite visite aux Primevères farineuses.

Drôle de printemps (Montbovon)

Drôle de printemps (Montbovon)

Orchis bouffon

Orchis bouffon

Orchis bouffon

Orchis bouffon

Primevère farineuse

Primevère farineuse

Drôle de printemps (Enney)

Drôle de printemps (Enney)


Le Ficaire

Les Ficaires ouvrent le grand bal des floraisons dans les sous-bois. On dirait des étoiles dorées et luisantes dans un ciel de feuilles mortes. Le Ficaire tient son nom de ses bulbes en forme de Figue. Bienfaiteur, sa racine toxique soigne les hémorroïdes.

Chaque année, l’apparition des Ficaires me procure une immense joie de vivre et immanquablement, chaque année, Figue, Ficaire, ficcar obligent, je fredonne le dernier couplet d’un madrigal qui me rappelle le printemps:

Se ti mi foller bene, mi non esser poltron,
Mi ficcar tutta notte urtar, urtar, urtar come monton,
Don don don, diri diri, don don don don

Orlando di Lasso, Matona, mia cara

Karl Inglin - Ficaire

Karl Inglin - Ficaire