Archive for juillet, 2013

Le Renardeau et le Lis

J’aime le brouillard en montagne. Ces voiles qui se déplacent au gré des vents, qui ajoutent une note de mystère et s’amusent avec la lumière du soleil.

Justement. Le Renardeau prenait le soleil. Nous sommes restés un bon moment à nous observer. Je lui ai dit bonjour et qu’il était beau. Il semblait apprécier ce brin de causette, puis il s’est certainement souvenu des recommandations maternelles et a filé.

Quelques instants après cette merveilleuse rencontre j’ai enfin trouvé le lis martagon, la fleur royale des Préalpes. Que du bonheur!

Euschels

Euschels

Renardeau

Renardeau

Lis martagon

Lis martagon

Lis martagon

Lis martagon

Euschels

Euschels


Un Plumier pour un Lis

Je continue mes visites régulières au Lac-Noir. A chaque fois je fais de nouvelles découvertes qui me permettent d’enrichir mon herbier. Ainsi la magnifique Érine des Alpes ou la Véronique subligneuse.

Et pourtant il y a une fleur qui figure sur ma liste et que je ne trouve pas. Le Lis martagon. Certainement l’une des plus belles fleur de notre flore indigène. J’avais bien trouvé un exemplaire sur un alpage, une fleur un peu chétive et pas photogénique du tout.

Dimanche dernier j’ai donc décidé de rentrer en passant par une forêt juste en dessous de l’alpage de Combi. Au bord d’une petite mare à l’orée de la forêt j’ai fait une photo d’une magnifique libellule fluo. Et puis, en cherchant le Lis martagon je me suis un peu perdu. Heureusement que je n’ai pas peur du grand méchant loup. En pataugeant parmi des troncs couchés et des fougères tout en espérant trouver un sentier, je suis “tombé” sur des Cicerbites de Plumier.

La Cicerbite de Plumier est une des plus grandes herbacées des Préalpes. Elle aurait survécu à la dernière glaciation il y a 5000 ans pour coloniser nos Préalpes.

Elle porte le nom de Charles Plumier, un moine franciscain né en 1646 à Marseille et mort en 1704 à El Puerto de Santa Maria. Ce botaniste et voyageur naturaliste a effectué plusieurs voyages en Amérique latine et publié quelques ouvrages sur les plantes d’Amérique.

Erine des Alpes

Erine des Alpes

Véronique subligneuse

Véronique subligneuse

Libellule

Libellule

Cicerbite de Plumier

Cicerbite de Plumier


L’aigle royal

Il s’était posé sur le bord d’une des nombreuses falaises qui bordent le Breccaschlund. Il semblait observer son royaume, impassible et immobile. Juste un battement d’ailes de temps à autre. Il était bien visible à l’œil nu mais grâce aux jumelles d’un autre randonneur j’ai pu l’observer dans des conditions idéales. C’est toujours un privilège de pouvoir admirer le Roi des montagnes.

En me rendant chaque semaine aux Recardets et au Breccaschlund je réalise un vieux rêve. Celui de suivre l’évolution de la flore alpestre d’un endroit précis au fil de toute une saison. Chaque visite donne lieu à de nouvelles découvertes ce qui me permet d’enrichir mon herbier du Lac-Noir. De plus, le calme de la montage et l’effort physique me permettent de me ressourcer.

L'aigle royal (à droite)

L’aigle royal (à droite)

Géranium livide

Géranium livide

Pulsatille des Alpes (après la floraison)

Pulsatille des Alpes (après la floraison)

Doronic à grandes fleurs

Doronic à grandes fleurs

Pointe de Balachaux

Pointe de Balachaux

Groseiller des rochers

Groseiller des rochers

Aster des Alpes

Aster des Alpes

Orchis vanillé

Orchis vanillé

Gazé

Gazé


Moments de bonheur

Dimanche et lundi j’ai profité du beau temps pour crapahuter sur les becquets du Lac-Noir. J’ai fait une flopée de découvertes pour alimenter mon herbier. Du repos aussi. Couché dans l’herbe, entouré de fleurs, le nez à proximité d’un Orchis moucheron et humer son parfum de vanille enivrant, c’est pour moi un grand moment de bonheur.

J’ai trouvé, entre autre, la Pensée jaune, le Campanule en thyrse, le Saxifrage à feuilles opposées et l’Androsace lactée, des fleurs assez rares.  J’ai admiré les paysages magnifiques et bien évidemment les vieux érables.

Lundi en descendant un pierrier pentu sur les fesses, j’ai déchiré mon short et ma camera a dégringolé la pente comme un vulgaire caillou. Je l’ai retrouvé beaucoup plus bas sous un petit sapin déraciné et proche d’une roquette oubliée par la “meilleure armée du monde” (dixit notre ministre de la Défense). Eh bien, “Nikon” c’est du solide.

Si dimanche prochain il fait beau, j’y retourne.

Mon herbier du Lac-Noir: http://www.pbase.com/promeneur/flschwarzsee

Les montagnes jouent à cache-cache

Les montagnes jouent à cache-cache

Androsace lactée

Androsace lactée

Pensée jaune

Pensée jaune

Au pas de Chamois

Au pas de Chamois

Bois gentil

Bois gentil

Monseigneur l'Erable

Monseigneur l’Erable

Campanule en thyrse

Campanule en thyrse

Saule à feuilles émoussée

Saule à feuilles émoussée

Spitzflueh

Spitzflueh

Orchis brulé

Orchis brulé

Saxifrage à feuilles opposées

Saxifrage à feuilles opposées