Archive for juin, 2013

Vernissage à Morges

D’habitude c’est moi qui regarde les touristes qui passent devant ma galerie à la Rue des Épouses. Hier j’ai profité du vernissage à Morges pour inverser les rôles et visiter cette cité lacustre que je ne connaissais pas. J’ai pris tout mon temps pour flâner au bord du Léman et errer dans les ruelles de la ville.

Le vernissage c’est bien passé. La Midnight Sun Gallery est un bel espace idéalement situé entre le bord du lac et la zone piétonne de Morges.

??????????

??????????

??????????

??????????

??????????

06

??????????

??????????

??????????


Soir d’été

Samedi soir sur la terrasse des Arcades. Un Bolivar et un verre de vin rouge. Dolce farniente. Je lève les yeux. Le soleil couchant colorie les nuages et se reflète sur le toit de la maison d’en face. Une évocation de l’Empire des Lumières, mon tableau préféré de René Magritte. Plus tard je cherche la lune. J’ai l’esprit un peu surréaliste. Je la trouve accroché à un lampadaire qui se transforme en lampalune. Un petit saut dans les jardins du musée pour voir Fribourg la médiévale. J’aime ma ville les soirs d’été.

Karl Inglin - L'Empire des Lumières

??????????

Karl Inglin - Fribourg


Le Pas de Chamois

Je suis retourné au Breccaschlund dans l’intention “d’explorer” le fond de la vallée pour compléter mon herbier du Lac Noir. C’est un coin que j’ai découvert à la fin de l’été dernier et qui me semble assez riche en espèces. Je suis monté sur le flanc droit de la vallée pour éviter la cohue du dimanche. Première belle surprise, un Orchis à odeur de sureau juste au bord du chemin. Exemplaire solitaire. Puis un peu plus loin un groupe de Gentianes de Clusius. Le magnifique bleu de cette fleur n’a pas fini de me ravir. Le fond de la vallée étant encore enneigé, j’ai décidé de passer dans la vallée voisine des Recardets par le Pas de Chamois.

Un choix que je n’ai pas regretté. Juste sur le col le très beau Myosotis alpestre et dans le pré en dessous du col une orgie de fleurs. Jugez-en plutôt. J’ai vu la Grassette des Alpes, la Primevère auricule, la Pulsatille des Alpes, la Renoncule alpestre, la Dryade à huit pétales, la Drave aïzoon, la Gentiane de Clusius, le Pédiculaire d’Oeder, le Saponaire rose pour ne citer que les plus remarquables. Et tout cela sur un petit lopin de terre parsemé de rochers. Un immense moment de bonheur.

En descendant vers le Lac Noir j’ai vu des Marmottes et des Chamois. Une magnifique balade que j’ai décidé de renouveler dimanche.

Seul regret, mais de taille. L’absence de Pif mon compagnon fidèle. Après onze ans d’aventures communes c’était comme un vide. Je vous avoue que j’ai essuyé une larme à plusieurs reprises.

Mon herbier du Lac Noir: http://www.pbase.com/promeneur/flschwarzsee

Orchis à odeur de sureau

Orchis à odeur de sureau

Myosotis alpestre

Myosotis alpestre

Breccaschlund

Breccaschlund, le Gros Brun à gauche et Patraflon à droite

Gentiane de Clusius et Grassette des Alpes

Gentiane de Clusius et Grassette des Alpes

Renoncule alpestre et Primevère auricole

Renoncule alpestre et Primevère auricule

Petite tortue sur son lit de Saponaire rose

Petite tortue sur son lit de Saponaire rose


Ciao Pif

Pif était de la race des Seigneurs. Son port altier et sa crinière de fauve soulignaient cette noble apparence. Bon prince il aimait tout le monde et tout le monde l’aimait bien.

Pif aimait les câlins et savait très bien comment les obtenir. Il répondait aux caresses en grognant comme un gros nounours.

Pif aimait travailler et jouer. En promenade il prenait dans sa gueule trois ou quatre bâtons ou un très gros “steck” qu’il portait fièrement sur de très longues distances.

Pif aimait rendre service. Quand un sentier se perdait dans la broussaille, un pierrier ou sous un névé, il se mettait devant nous et nous guidait à bon port.

Pif aimait jouer à la balle après le repas du soir. Véritable rituel quotidien dont l’exécution incombait à mon fils Luca, et à lui seul.

Pif aimait vivre.

Pif est mort dans la nuit de jeudi dernier à l’age de onze ans. Son départ laisse un grand vide dans notre foyer et nos cœurs.

Ciao Pif et merci.

Pif