Archive for août, 2015

Le Bourg en Fête

Du 3 au 6 septembre 2015 le quartier du Bourg sera en Fête. Le Festival “Bourg en Scène” va investir notre joli quartier et ses endroits les plus bucoliques pour y créer des spectacles de danse, de théâtre, de théâtre dansé… et des concerts!

L’Association “Trésors du Bourg” organise sa traditionnelle Chasse aux Trésors qui vous permet de rencontrer les artisans, artistes et galeristes du quartier et de gagner de nombreux prix. Cette Chasse aura lieu le 4 septembre de 14h à 20h et le 5 septembre de 10h à16h.

Vous pouvez également visiter la Cathédrale en compagnie de Claude Ducarroz, prévôt du Chapitre cathédral, assister à la Journée Caritas Fribourg en famille ou tester vos compétences vocales au Café du Tunnel.

Tous les détails sur ce lien: https://frbourg.wordpress.com/le-bourg-en-fete-2015/

ou sur le site de Bourg en Scène: http://bourg-en-scene.ch/fr/

BIENVENU ET BONNE FÊTE!

Affiche cor. - Copie


Mon premier “documentaire”

Lundi dernier je me suis amusé a filmer quelques courtes séquences au Fochsen. En l’espace d’une demi heure j’ai ainsi capté ce que j’ai vu ce qui m’a touché. Le résultat est un petit “documentaire” de débutant.


L’homme de la plaine et la montagne

Je suis un homme de la plaine. A force d’y vivre et de la pratiquer à pied et à toutes les saisons elle a fini par devenir ma seconde nature. Ainsi lorsque je peins un paysage, c’est tout naturellement un paysage de plaine que je fait naître. Et ce paysage qui prend forme sous mes mains renferme une part importante de mon être, mon vécu, mon âme.

Il se trouve que depuis quelques années l’envie de peindre la montagne me titille. Encore fallait-il pour cela la vivre, l’avoir dans la peau.

J’ai commencé a crapahuter. De plus en plus souvent. Derborence, la Combe de l’A, le Sanetsch, la Fenêtre d’Arpette et surtout nos Préalpes. Il ne s’agit pas pour moi de gravir des sommets pour en redescendre. Cela ne m’intéresse pas.

Ce que je cherche, c’est d’apprivoiser ces paysages qui ne me sont pas vraiment familiers, qui sont plus sauvages, moins ordonnées que la plaine. Depuis que j’ai décidé d’y passer des nuits à la belle étoile, mon apprentissage progresse rapidement. En quelques nuits j’ai plus appris qu’en plusieurs années de balades diurnes. C’est au moment du coucher et de l’aube que la montagne dévoile toute sa beauté sauvage, tout son potentiel poétique. Je commence a esquisser dans ma tête mes premiers paysages alpins. Cela me comble de joie.

05.51

DSC02257

DSC01933 - Copie

DSC02694

DSC02710

 

 

 


Scène de chasse

L’autre jour j’ai assisté à la partie de chasse d’une Hermine dans un pierrier du Fochsen. Elle bondissait de pierre en pierre avec une agilité et une rapidité déconcertante en changeant souvent et brusquement de cap, disparaissant de ma vue pour réapparaitre aussitôt où je ne l’attendait pas. Cette course effrénée et apparemment insensée avait un but, une finalité.

Ainsi l’Hermine chasse les rongeurs alors qu’elle même est chassé par l’Aigle. C’est ainsi pour tous les animaux sauvages ce qui contribue à l’autorégulation de la faune.

Je me suis souvent demandé ce qui se passait dans la tête d’un chasseur au moment de viser sa victime pour l’abattre. Les chasseurs que j’ai questionné à ce sujet n’ont pas pu ou voulu me fournir une réponse satisfaisante. Je ne conteste pas le droit à un humain de tuer un animal pour survivre. Mais sous nos latitudes le métier de chasseur-cueilleur n’existe plus depuis fort longtemps. Reste l’argument de régulateur de la faune avancé par la corporation des Nemrods. Or la nature n’a pas besoin de l’homme pour se réguler.

Il y a quelques années la venue du Lynx dans nos contrées avait fait les gros titres dans la presse. Aujourd’hui plus personne n’en parle. Ce prédateur fait maintenant partie de notre faune et fait son boulot de régulateur en toute discrétion. Il en sera également ainsi avec le Loup. Du moins je l’espère.

Hermine avec sa proie - Fochsen

Hermine avec sa proie – Fochsen

Chamois - Fochsen

Chamois – Fochsen


Immigration

L’Edelweiss est une immigrée. Originaire de l’Himalaya et de Sibérie elle a «émigré» en Suisse après les glaciations quaternaires. Maintenant c’est une fleur “bien de chez nous”. Elle orne même le fameux bredzon gruyérien.
Nos ancêtres aussi sont venus après les glaciations. Nous sommes tous des descendants d’immigrés.

edelweiss